Deutsch | English | Français - CHF | EUR | USD
Analyses | Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
 Vous vous trouvez dans - Home - Information professionnelle sur octaplasLG®
Information professionnelle sur octaplasLG®:Octapharma AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsAfficher la Heatmapimprimé
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour

Composition

Principes actifs: Protéines humaines du plasma 45-70 mg/ml.
Excipients: Citrate de sodium dihydraté, phosphate de sodium monobasique dihydraté, glycine.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Solution pour perfusion.
octaplasLG contient des protéines spécifiques aux groupes sanguins (45-70 mg/ml) et se présente sous forme de poches de 200 ml.

Indications/Possibilités d’emploi

Les indications d'octaplasLG sont identiques à celles du plasma frais congelé:
·Déficit complexe en facteurs de coagulation, tel que coagulopathie due à une insuffisance hépatique sévère ou à une transfusion massive.
·Thérapie de substitution en cas de déficits en facteurs de coagulation, dans les situations d'urgence, lorsqu'un concentré de facteur de coagulation spécifique, par ex. facteur V ou facteur XI, n'est pas disponible, ou lorsqu'un diagnostic de laboratoire précis n'est pas possible.
·Suppression, respectivement inversion rapide de l'effet des anticoagulants oraux de type coumarinique sur la fibrinolyse, lorsque la vitamine K est insuffisante en raison d'une altération de la fonction hépatique ou dans les situations d'urgence.
·Purpura thrombocytopénique thrombotique (PTT), la plupart du temps en association avec un échange plasmatique.
·Dans les procédures d'échange plasmatique intensives, octaplasLG ne devrait être utilisé que pour corriger les troubles de la coagulation sanguine en cas d'hémorragie anormale.

Posologie/Mode d’emploi

Posologie:
La posologie dépend du tableau clinique et du trouble sous-jacent. La dose initiale de 12-15 ml d'octaplasLG/kg de masse corporelle (≈25%) est recommandée en général.
Durant le traitement, il est important de suivre l'évolution clinique ainsi que les mesures des temps de prothrombine (TP), temps de thromboplastine partielle activée (TTPA) et/ou des facteurs de coagulation spécifiques.
Posologie dans le cadre de déficits en facteurs de coagulation:
En cas d'hémorragies mineures et modérées ou d'interventions chirurgicales chez des patients présentant un déficit en facteurs de coagulation, un effet hémostatique adéquat est normalement obtenu après la perfusion de 5 à 20 ml/kg de masse corporelle d'octaplasLG (10-33%). En cas d'hémorragies ou d'interventions majeures l'avis d'un médecin hématologue est conseillé.
Posologie dans le cadre du PTT et d'hémorragies lors d'échanges plasmatiques intensifs:
Chez les patients atteints de PTT, la totalité du volume plasmatique échangé doit être remplacé par octaplasLG.
Dans le traitement d'hémorragies par échange plasmatique massif, l'avis d'un médecin hématologue est conseillé.
Mode d'emploi:
L'administration d'octaplasLG obéit aux règles de la compatibilité des groupes sanguins ABO. En cas d'urgence, l'octaplasLG du groupe AB peut être considéré comme plasma universel dans la mesure où il peut être administré à tous les patients.
octaplasLG doit être administré par voie intraveineuse stricte au moyen d'un dispositif de perfusion muni d'un filtre. Une technique aseptique doit être utilisée durant toute la perfusion.
En raison du risque de toxicité du citrate, la vitesse de perfusion ne doit pas dépasser les 0,020 à 0,025 mmol de citrate/kg de masse corporelle/min (soit ≤1 ml d'octaplasLG/kg de masse corporelle/min). L'effet toxique du citrate peut être minimisé en administrant du gluconate de calcium par voie intraveineuse dans une autre veine.
Aucune étude n'a, jusqu'à présent, été conduite concernant l'administration et la sécurité d'octaplasLG chez les enfants et les adolescents.

Contre-indications

Déficit en IgA avec présence documentée d'anticorps anti-IgA.
Déficit sévère en protéine S.
Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des autres composants ou à des résidus du procédé de fabrication.

Mises en garde et précautions

octaplasLG doit être utilisé avec une précaution particulière dans les conditions suivantes:
·Déficit en IgA.
·Intolérance aux protéines du plasma.
·Antécédents de réactions d'intolérance au plasma frais congelé ou à octaplasLG.
·Syndrome de décompensation cardiaque manifeste ou latente.
·Œdème pulmonaire.
octaplasLG ne doit pas être employé pour restaurer la volémie chez les patients pour lesquels aucun déficit en facteurs de coagulation n'a été documenté.
octaplasLG ne doit pas être administré, dans la mesure du possible, en cas d'hémorragie liée à la maladie de von Willebrand ou aux déficits de facteur de coagulation lorsqu'un concentré de facteur spécifique est disponible.
octaplasLG ne doit pas être administré pour corriger l'hyperfibrinolyse causée par la carence de l'inhibiteur de plasmine. En effet, l'administration de plasma traité par solvant-détergent (SD) est susceptible de réduire encore davantage les niveaux de l'inhibiteur de plasmine. Si nécessaire, instituer un traitement anti-fibrinolytique approprié.
Afin de réduire le risque de thromboembolie veineuse causée par l'activité réduite de la protéine S d'octaplasLG, par rapport au plasma normal, octaplasLG doit être utilisé avec précaution chez tous les patients présentant des risques de complications thrombotiques et des mesures appropriées selon les directives de prophylaxie des thromboses devront être considérées.
Dans le cas d'administration de produits médicamenteux fabriqués à partir de sang ou de plasma humain, la possibilité de transmission d'une infection par des agents infectieux ne peut être totalement exclue.
Ceci s'applique également aux germes pathogènes de nature inconnue.
Le risque de transmission d'agents infectieux est cependant réduit grâce à:
·La sélection minutieuse des donneurs par un entretien médical approfondi et le dépistage des dons individuels et des pools de plasma pour la présence d'Ag HBs et d'anticorps contre le virus VIH.
·Une analyse de chaque pool de plasma pour la détection de matériel génomique des virus VHA, VHB, VHC, VIH et maximum 10,0 UI/µl de parvovirus B19.
·Des procédures d'inactivation et d'élimination lors du processus de production, qui ont été validées en utilisant des modèles de virus et qui sont considérées comme efficaces vis-à-vis des virus VIH, VHC et VHB. Les procédures d'inactivation et d'élimination virales peuvent avoir une action limitée pour les virus non enveloppés tels que le VHA, VHE ou le parvovirus B19.
·Le parvovirus B19 peut avoir des conséquences sérieuses chez les femmes enceintes séronégatives, les sujets immunodéprimés ou les patients présentant un renouvellement accéléré des globules rouges. Les infections par le VHE peuvent également avoir des conséquences graves chez les femmes enceintes qui n'ont pas développé d'anticorps contre le VHE. Par conséquent, octaplasLG ne peut être administré à ces catégories de patients que si l'indication en a été formellement établie.
octaplasLG est produit à partir de pools de plasma contenant un titre minimum spécifié d'anticorps dont l'effet neutralisant contre le VHA a été démontré. Le risque potentiel d'infection par des virus non enveloppés doit être évalué par rapport au bénéfice que confère l'inactivation par solvant-détergent (SD) des virus à enveloppe lipidique tels que VIH, VHB et VHC.
Les prions sont considérés comme agent causal de la maladie de la variante de Creutzfeld-Jakob. Dans le processus de production d'octaplasLG une étape chromatographique a été introduite, qui permet d'accroître la sécurité d'octaplasLG concernant l'éventuelle présence de prions dans le plasma. Malgré les mesures prises, en cas d'administration de substances médicamenteuses qui sont produites à partir de plasma humain, une transmission de la maladie de la variante de Creutzfeld-Jakob ne peut être totalement exclue.
Il est nécessaire d'envisager une vaccination appropriée (par ex. contre les VHA et VHB) des patients qui reçoivent régulièrement des médicaments fabriqués à partir de sang ou de plasma humain.
L'administration d'octaplasLG obéit aux règles de la compatibilité ABO. En cas d'urgence, de l'octaplasLG du groupe AB peut être considéré comme plasma universel dans la mesure où il convient à tous les patients.
Le patient doit être maintenu en observation pendant au moins 20 minutes après la fin de l'administration.
En cas de réaction anaphylactique ou de choc, la perfusion doit être interrompue immédiatement. Le traitement médical standard de déchoquage doit être appliqué, voir «Effets indésirables».
Les données sur l'utilisation d'octaplasLG chez les enfants sont très limitées, c'est pourquoi le produit ne sera administré que si les bénéfices attendus dépassent clairement les risques potentiels.

Interactions

Lors d'études cliniques, octaplasLG a été administré en association avec de nombreux autres médicaments; aucune interaction n'a été décelée.
Les incompatibilités sont identiques à celles du plasma frais congelé:
·octaplasLG ne doit pas être mélangé à d'autres médicaments, parce qu'il peut se produire une inactivation et une précipitation. Le produit peut être mélangé avec des concentrés érythrocytaires ou de plaquettes.
·Pour éviter la possibilité de la formation d'un caillot, les solutions contenant du calcium ne doivent pas être administrées dans la même ligne intraveineuse qu'octaplasLG.
·Des interactions avec d'autres médicaments ne sont pas connues.
·L'administration d'octaplasLG peut atténuer les effets des vaccins vivants pour une période comprise entre 6 semaines au minimum et 3 mois, notamment en ce qui concerne les vaccins contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle. Suite à l'administration de cette préparation, il convient d'observer un délai de 3 mois avant de procéder à l'injection de vaccins vivants atténués. En ce qui concerne la rougeole, cette atténuation peut durer jusqu'à un an. Il convient donc de vérifier l'état des anticorps chez les patients qui se font vacciner contre la rougeole.
·La transmission passive d'anticorps contre les antigènes érythrocytaires, par ex. A, B et D, peut fausser certains tests sérologiques sur les érythrocytes et sur les alloanticorps (tel que le test de Coombs), la numération des réticulocytes et le test d'haptoglobine. Lors de l'évaluation des résultats des tests sérologiques, il convient de tenir compte du fait que l'injection d'immunoglobulines via une augmentation transitoire d'anticorps transmis de manière passive peut provoquer des résultats de test positifs.

Grossesse/Allaitement

Pour l'instant, les expériences cliniques chez la femme enceinte sont insuffisantes pour évaluer la sécurité d'octaplasLG. Le produit ne devrait être administré à la femme enceinte ou qui allaite uniquement lorsque des thérapies alternatives se sont révélées inappropriées.
Pour les risques potentiels de transmission du parvovirus B19 et VHE, voir «Mises en garde et précautions».

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Après administration par perfusion en ambulatoire, le patient devrait rester au repos pendant une heure.
Rien ne suggère que le produit diminue l'aptitude à conduire un véhicule ou utiliser des machines.

Effets indésirables

Des réactions d'hypersensibilité ou allergiques (par ex. œdème de Quincke, sensation de brûlure ou de piqûre au site d'injection, frissons, sensation de chaleur, urticaire généralisée, maux de tête, éruption cutanée, chute de la pression artérielle, fatigue, nausée, agitation nerveuse, tachycardie, sensation d'oppression dans la poitrine, tremblements, vomissements, stridor) ont été observées occasionnellement; ces réactions ont atteint le stade de choc anaphylactique dans des cas isolés.
Au cours des essais cliniques avec le produit prédécesseur de l'octaplasLG et de son utilisation post-commercialisation, les effets indésirables suivants ont été observés:

Classe de système d'organe *

Fréquent
(≥1/100 à
<1/10 ou
≥1% à <10%)

Peu fréquent
(≥1/1'000 à
<1/100 ou
≥0,1% à <1%)

Rare
(≥1/10'000 à
<1/1'000 ou
≥0,01% à <0,1%)

Très rare
(<1/10'000 ou
<0,01%)

Affections hématologiques et du système lymphatique

 

 

 

Anémie hémolytique
Diathèse hémorragique

Affections du système immunitaire

 

Réaction anaphylactoïde

Hypersensibilité

Choc anaphylactique
Réaction anaphylactique

Affections psychiatriques

 

 

 

Angoisse
Agitation
Anxiété

Affections du système nerveux

 

Hypoesthésie

 

Vertige
Paresthésie

Affections cardiaques

 

 

 

Arrêt cardiaque
Arythmie
Tachycardie

Affections vasculaires

 

 

 

Thromboembolie (LLT)
Hypotension
Hypertension
Collapsus circulatoire
Bouffées de chaleur

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

 

Hypoxie

 

Insuffisance respiratoire
Bronchospasme
Œdème pulmonaire
Dyspnée

Affections gastro-intestinales

 

Vomissements
Nausées

 

Douleurs abdominales

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Urticaire
Prurit

 

 

Rash (éruption érythémateuse)
Hyperhidrose

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

 

 

 

Douleurs dorsales

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

 

Fièvre

 

Douleur dans la poitrine
Oppression dans la poitrine
Frissons
Malaise
Réaction au site d'injection

Investigations

 

 

 

Test des anticorps positif
Diminution de la saturation en oxygène

Lésions, intoxications et complications liées aux procédures

 

 

 

Surcharge circulatoire liée à la transfusion
Toxicité au citrate
Réaction hémolytique transfusionnelle

* Ce tableau contient les termes MedDRA préférés sauf indication contraire.
LLT, terme MedDRA de niveau minimal (lowest level term)
Après administration de plasma frais congelé, plusieurs cas d'œdème pulmonaire non cardiogénique (syndrome respiratoire aigu post-transfusionnel Transfusion-Related Acute Lung Injury (TRALI)) ont été observés. Par conséquent, l'apparition de cet effet secondaire ne peut être complètement exclue dans le cas d'un traitement par octaplasLG, bien qu'aucun cas manifeste n'ait été déclaré à ce jour avec Octaplas (prédécesseur d'octaplasLG) et avec octaplasLG.
Toxicité du citrate
Les patients qui reçoivent le produit à des débits de perfusion élevés, les patients souffrant de désordres hépatiques ou les patients soumis à des procédures de plasmaphérèse peuvent développer des symptômes dus à la toxicité du citrate et à l'hypocalcémie associée, notamment des troubles cardiovasculaires, une fatigue, de l'anxiété, des picotements péribuccaux, une paresthésie, des nausées, des vomissements, des crampes, des spasmes, des tremblements, des crises d'épilepsie, de l'hypotension, une bradycardie, des troubles du rythme cardiaque, un intervalle QT prolongé (ECG) et d'autres désordres électrolytiques (par ex. alcalose métabolique, hypomagnésémie, hypokaliémie).
Mesures d'urgence à prendre en cas de réaction indésirable
Selon le type et la gravité des réactions indésirables, la perfusion doit être interrompue et les mesures de réanimation instaurées, conformément aux recommandations générales relatives au traitement de l'état de choc:

Symptôme clinique

Mesures d'urgence

Troubles subjectifs (nausées etc.)

Diminution de la vitesse ou arrêt de la perfusion jusqu'à arrêt des symptômes.

Manifestations cutanées (rougeurs, urticaire etc.)

Arrêt de la perfusion. Antihistaminiques.

Tachycardie, hypotension modérée (en dessous de 90 mmHg de pression systolique)

Arrêt de la perfusion. Glucocorticoïdes en intraveineuse

Détresse respiratoire/choc

Arrêt de la perfusion. 0,1 à 0,5 mg d'adrénaline en sous-cutané ou intramusculaire, glucocorticoïdes à haute dose en intraveineuse, oxygène, restauration de la volémie, augmentation de la diurèse à l'aide de furosémide en cas de normovolémie, contrôle de l'équilibre acido-basique et si nécessaire, correction des électrolytes.

Choc normovolémique persistant

Dopamine jusqu'à max. 10 µg/kg/min, si nécessaire en association avec de la noradrénaline.

Arrêt cardiaque ou respiratoire

Réanimation

Les recommandations suivantes concernent les effets secondaires pouvant être liés à l'administration d'octaplasLG:

Symptôme clinique

Mesures d'urgence

Troubles métaboliques dus au citrate (chute de la calcémie)

Diminution de la vitesse ou arrêt de la perfusion jusqu'à arrêt des symptômes. Administration de gluconate de calcium 10% par voie intraveineuse à la dose de 10 ml/l d'octaplasLG perfusé.

Réaction hémolytique transfusionnelle

Arrêt de la perfusion. Augmentation de la diurèse (au minimum 100 ml/h chez l'adulte, obtenu pendant au moins 18 à 24 h) par administration intraveineuse d'électrolytes et de mannitol (par ex. 15% mannitol à 125 ml/h), ou furosémide, bicarbonate de sodium, dialyse en cas d'anurie. Le cas échéant, traitement symptomatique de l'état de choc.

Surdosage

·Des hautes doses ou vitesses de perfusion peuvent induire une hypervolémie/une surcharge circulatoire, un œdème pulmonaire et/ou une insuffisance cardiaque.
·Des vitesses de perfusion élevées peuvent induire des effets cardiovasculaires liés aux troubles métaboliques dus aux citrates (chute de la calcémie), surtout chez les patients souffrant de troubles hépatiques.

Propriétés/Effets

Code ATC: B05AA
Groupe pharmacothérapeutique: substituts de plasma et protéines plasmatiques fractionnées
Pharmacodynamique
octaplasLG présente la même activité clinique que le plasma humain frais congelé. Après traitement par solvant-détergent (SD) et l'élimination ultérieure des réactifs SD, la composition ainsi que la distribution en protéines plasmatiques d'octaplasLG reste identique à celle du plasma frais congelé, soit 45 à 70 mg/ml.
L'activité coagulante est proche de celle du plasma frais congelé humain normal, et un minimum d'activité de 0,5 UI/ml est atteint pour chaque facteur de coagulation.

Pharmacocinétique

Les propriétés pharmacocinétiques d'octaplasLG sont identiques à celles du plasma frais congelé.

Données précliniques

La méthode SD est utilisée pour inactiver les virus, avec du tri-(N-butyl)-phosphate (TNBP) à 1% et de l'Octoxynol (Triton X-100) à 1%. Ces réactifs SD sont éliminés en quasi-totalité pendant le processus de purification. Les quantités maximales de TNBP et d'Octoxynol présentes dans le produit fini sont respectivement de 2 µg/ml et 5 µg/ml.
Les études pharmacologiques et toxicologiques sur l'animal montrent que ces taux résiduels ne devraient présenter aucun problème clinique pour les indications et les dosages spécifiés.

Remarques particulières

Incompatibilités
·octaplasLG ne doit pas être mélangé à d'autres médicaments, car ceci pourrait provoquer une inactivation et une précipitation.
Durée de conservation
La durée de conservation d'octaplasLG est de quatre ans lorsqu'il est conservé à une température ≤-18 °C, à l'abri de la lumière.
Après décongélation, octaplasLG peut être conservé jusqu'à maximum 24 heures à +2 à +8 °C ou jusqu'à maximum 8 heures à température ambiante (+20 à +25 °C).
Remarques concernant le stockage
octaplasLG sous forme de produit congelé doit être conservé et transporté conformément aux conditions de températures précisées ci-dessus et ci-après.
Remarques concernant la manipulation
octaplasLG doit être conservé et transporté à une température inférieure ou égale à -18 °C.
Conserver à l'abri de la lumière.
Ne pas utiliser au-delà de la date de péremption mentionnée.
Il existe plusieurs possibilités pour décongeler octaplasLG:
·Bain-marie: Décongeler dans le film de protection pendant au moins 30 minutes dans un bain-marie avec une circulation d'eau à +30 à +37 °C. Pour renforcer la protection du contenu, un sachet supplémentaire peut éventuellement être utilisé.Une contamination de l'embout d'administration avec l'eau doit être évitée. La durée de décongélation doit être au minimum de 30 minutes à 37 °C. La température de l'eau ne doit jamais être supérieure à +37 °C et inférieure à +30 °C. La durée de décongélation dépend du nombre de poches présentes dans le bain-marie. Si plusieurs poches de plasma sont décongelées en parallèle, la durée de décongélation peut être prolongée, sans toutefois excéder 60 minutes.
·Système tempéré sec: Décongeler la poche d'octaplasLG conformément aux indications du fabricant. Lors de la décongélation d'octaplasLG avec un système tempéré, il est recommandé d'utiliser l'imprimante de protocole pour enregistrer la courbe de température des composants du sang et les éventuels messages d'erreur.
·D'autres méthodes pour la décongélation d'octaplasLG peuvent être utilisées à condition qu'elles aient été validées dans ce but.
Le contenu de la poche doit être chauffé à environ +37 °C avant perfusion. La température d'octaplasLG ne doit en aucun cas excéder +37 °C. Retirer le film de protection et vérifier l'intégrité de la poche (fissures, endommagements).
Ne pas agiter.
Ne pas utiliser de solution trouble ou présentant un dépôt.
octaplasLG décongelé ne doit pas être recongelé.
Tout produit non utilisé doit être jeté.

Numéro d’autorisation

00602 (Swissmedic).

Présentation

octaplasLG est conditionné en poche de PVC stérile pour produits sanguins, recouverte d'un film en polyamide/polyéthylène.
Poche de 200 ml.
Catégorie de distribution: B

Titulaire de l’autorisation

OCTAPHARMA AG, Seidenstrasse 2, CH-8853 Lachen/Suisse.

Mise à jour de l’information

Mai 2017.

LGPL2017 ywesee.com, Commit-ID
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home